La Coordination Européenne Via Campesina exige que Monsanto indemnise les apiculteurs

Texte de positionnement – Décembre 2011

ECVC exige que Monsanto indemnise les apiculteurs.

Suite au jugement de la cour de justice de l’Union Européenne, les pollens et les miels contenant du pollen de maïs MON 810 ne sont pas commercialisables pour la consommation humaine. En effet, Monsanto a « oublié » de demander une autorisation pour leur consommation.

Les apiculteurs dont les produits sont suspectés d’être contaminés par le pollen de l’OGM de MONSANTO ne peuvent plus vendre leurs récoltes. Cette nouvelle catastrophe, qui vient s’ajouter aux fortes mortalités de ruches dues en grande partie à l’usage des pesticides, n’est pas supportable. La Commission Européenne qui a accordé l’autorisation de cet OGM ne peut plus l’ignorer.

La Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) dénonce les méfaits de la culture des OGM, et l’incurie de MONSANTO responsable de cette situation catastrophique qui concerne des milliers d’apiculteurs, dans toute l’Europe, mais aussi en Amérique Latine et dans les autres pays fournisseurs du marché européen.

ECVC exige que MONSANTO assume ses responsabilités et indemnise les apiculteurs pour la totalité des préjudices subis : pertes de valeur des récoltes, pertes de marchés et surcoût d’analyses.

ECVC demande la suspension immédiate de l’autorisation du MON 810 , dont la culture a été autorisée malgré une évaluation insuffisante. En effet, aucune étude sérieuse et complète de l’impact du pollen transgénique sur la totalité des abeilles qui consomment le pollen de maïs, le couvain, les abeilles d’hiver, ou les produits de la ruche n’a été faite.


ECVC demande l’interdiction de toute culture de plantes génétiquement modifiée nectarifère et/ou pollenifère risquant de contaminer les produits apicoles à court ou à long terme. Ces contaminations imposeraient aux apiculteurs une multiplication d’analyses destinées à prouver l’absence d’OGM, voire un étiquetage OGM du miel et des produits de la ruche.
Un tel étiquetage conduirait les apiculteurs à la faillite et, avec eux, tous les agriculteurs qui ont besoin des abeilles pour polliniser leurs cultures. Le miel et le pollen sont et doivent rester des produits totalement naturels.

ECVC demande que la Commission Européenne prenne des décisions qui tiennent compte de l’avis de la population européenne qui, dans une très large majorité rejette les OGM, et qui souhaite pouvoir continuer de consommer un miel sain et naturel.

Contacts : Jean Sabench (FR), 00 33 6 73 91 23 78 / Heike Schiebeck (DE, EN, FR) +43 4238 8705 / ECVC Office (EN, ES, FR) 00 32 22 17 31 12