RTRS : Des nouvelles de la campagne contre le label « soja responsable »

La campagne contre le soi-disant « soja responsable »

En avril 2011, Combat Monsanto s’est fait le relai français d’une campagne contre le label "soja responsable" initiée par une coalition d’ONG internationales1 et menée par le Corporate Europe Observatory (CEO) et Toxic soy en Europe.

De grands groupes industriels de l’agroalimentaire (dont Monsanto), des grandes chaines de distribution, et des associations environnementales non représentatives2, regroupés sous le nom de Table Ronde sur le Soja Responsable (RTRS), ont mis au point les critères de certification du « Soja Responsable ».
Hélas, le soja en question est loin de mériter ce label. En effet, le soja susceptible d’être labellisé sur les critères de la RTRS est principalement du soja OGM Roundup Ready dont les impacts négatifs ne sont plus à prouver.

L’action de Combat Monsanto

En plus de la mise en ligne de la pétition grand public, Combat Monsanto a envoyé une lettre et un dossier argumentaire à tous les grands groupes de distribution français pour leur signaler notre opposition à ce label et les informer, preuve à l’appui, de cette opération de greenwashing du soja transgénique.

¤ A ce jour, plus de 15 000 personnes ont signé la pétition. Cette dernière est toujours ouverte, n’hésitez pas à la signer ici !

¤ Plus de 14000 personnes ont visionné la vidéo de la campagne "Qu’y a-t-il derrière le soja responsable : le cochon détective enquête"

¤ 17 lettres ont été envoyées aux délégués généraux et responsables qualité des grandes enseignes de distribution alimentaire françaises.

Les réponses à nos lettres

Parmi ceux qui ne font pas partie de la RTRS :

- Les Mousquetaires/Intermarché ont assuré que leurs produits à marque propre sont exempts d’OGM. Ils estiment cependant que compte tenu de la dépendance de l’Europe pour son approvisionnement en soja et l’insuffisance sur le marché international de sources non OGM, « la garantie d’un approvisionnement non OGM sur l’intégralité de la chaîne est aujourd’hui fallacieuse ».

-  Le groupe Casino ne connaissait pas l’existence de ce label. Il se renseigne auprès de ses fournisseurs et devrait nous informer de ses conclusions sur la question.

- Auchan affirme être engagé pour une filière non-OGM depuis 20 ans et ne souhaite pas développer de filière de soja dit « responsable ». Tous les produits de la marque Auchan sont non-OGM.

- Cora a seulement indiqué qu’il n’adhère pas à la démarche RTRS et que des réflexions sur le développement durable sont engagées au sein de lors organisation professionnelle.

- LIDL, qui n’avait pas connaissance de la RTRS indique que ses produits à marque propre ne porteront donc pas ce label.

Au vu de ces réponses, nous remarquons que nos lettres et dossier aurons permis d’informer les marques qui ne font pas partie de la RTRS sur le lancement de ce label soja dit « responsable ».

En revanche, la plupart des enseignes se sont contentées de rappeler que leurs propres produits ne contiennent pas d’OGM, sans donner leur position sur la pertinence d’un tel label et sur leur politique de distribution des produits n’étant pas de leur marque.

La position de Carrefour, membre de la RTRS

¤ Dans sa lettre, la directrice du Développement durable du groupe Carrefour, commence par nous rappeler que Carrefour est « le seul distributeur européen à proposer à ses clients des produits non-OGM ».

¤ Au sujet de la RTRS, elle soutient que Carrefour a « défendu sa position concernant les OGM » au sein de la table ronde et « a milité pour l’élaboration de l’annexe spécifique pour le soja RTRS Non-OGM ».

« En effet, notre groupe considère que le soja RTRS standard doit pouvoir coexister avec une production de soja RTRS standard tracée et ségrégée excluant les OGM. »

Et de finir : « Par ailleurs nous estimons que le terme « responsable » ne doit pas être utilisé pour désigner des produits contenant des OGM ».


Il faut rappeler deux choses :

1) Nous savons maintenant que la coexistence entre filières OGM et non-OGM est impossible. [1] Se dire pour la coexistence c’est accepter les OGM.

2) L’annexe « Non OGM » aux normes RTRS n’est étrangement toujours pas finalisée et ne verra peut–être jamais le jour contrairement au label standard qui est en phase de lancement. Si Carrefour a adhéré à la RTRS pour défendre sa position contre les OGM, c’est malheureusement plutôt raté. Le label standard labellisera « responsable » un soja OGM…

Nous resterons néanmoins attentifs au dernier engagement de la directrice Développement durable du groupe Carrefour qui estime que « le terme « responsable » ne doit pas être utilisé pour désigner des produits concernant les OGM », ainsi qu’aux promesses d’information des autres enseignes.

Les résultats de la campagne en Europe

Grâce à la campagne, les nombreuses critiques justifiées à l’encontre de la RTRS sont à présent largement connues et le label ne se trouve pour le moment sur aucun emballage.

En revanche, il est trop tôt pour crier victoire. Les entreprises n’achètent pas encore ce label parce que ce n’est que le début et que l’initiative reste d’échelle moindre.

De plus, cette table ronde reçoit beaucoup d’appuis financiers de certains gouvernements (le gouvernement hollandais soutient l’initiative à hauteur de 6,5 millions € !) et de l’industrie avec un nouvel apport de 24,5 millions € jusqu’en 2015... ce qui lui permettra de fonctionner encore un bon moment. !

L’action continue ! Restons attentif ensemble à l’arrivée de ce label dans les rayons de nos supermarchés !





[1Voir le Rapport Co Extra