Les multinationales de l’industrie alimentaire (TNC) et le processus du CCNUCC

Document d’information de la Vía Campesina

30 Novembre 2010

Un nouvel ordre économique mondial émerge et l’agriculture, particulièrement la biomasse, en est l’interface. Les décideurs et les responsables des grandes entreprises qualifient ce nouvel ordre de “bioéconomie”, ils prétendent que l’humanité peut passer d’une économie mondiale fondée sur les combustibles fossiles à une économie fondée sur la biomasse à partir de cultures agricoles, de forêts et d’algues. Présentées comme “propres”, “vertes”, “renouvelables” et “durables”, les fausses solutions proposées par les gouvernements et les multinationales en réponse aux crises climatique, énergétique et alimentaire, sont le moteur de l’expansion de la bioéconomie. Cependant, ces prétentions cachent le fait que la bioéconomie facilite l’expansion de l’agriculture industrielle, ainsi qu’une intégration verticale et une consolidation du marché pour les grandes multinationales (TNC).

La Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (CCNUCC) devient rapidement une plate-forme où la bioéconomie se trouve légitimée, réglementée et développée. Les grandes entreprises de céréales, de biotechnologie et de sylviculture bénéficient de l’accroissement du nombre, de la portée et du pourcentage de méthodologies agricoles approuvées par la CCNUCC dans les domaines de la compensation des émissions de carbone, de la séquestration du carbone et de l’adaptation au changement climatique. Et pourtant, au lieu de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de stabiliser le climat, ces fausses solutions à la crise climatique fournissent aux multinationales de nouveaux moyens pour étendre et consolider leur contrôle sur les semences, la terre, l’eau et les forêts menaçant ainsi les paysans, les peuples autochtones, les pêcheurs et les travailleurs ruraux.

Les fausses solutions à la crise climatique reposent sur des mythes, en particulier celui de la biomasse renouvelable et sans limite. Même les ressources qualifiées de renouvelables, par exemple les cultures agricoles pour les agrocarburants, dépendent de ressources limitées : une zone géographique de terre, les éléments nutritifs du sol, l’eau douce ; alors même que l’on nous dit que la biotechnologie va résoudre le problème des ressources limitées. Nombreuses sont les fausses solutions proposées au sein de la CCNUCC qui s’appuient sur les mythes énoncés ci-dessus et en intègrent d’autres, d’autant plus que le même modèle économique – et les mêmes multinationales – qui ont provoqué la crise climatique, sont présentés comme la solution à la crise grâce au marché du carbone. Le marché du carbone est aussi fondé sur des mythes, particulièrement le mythe d’un système unique mondial capable de réguler et contrôler toutes les émissions de gaz à effet de serre et qui serait géré par les mêmes financiers et multinationales ayant provoqué la crise climatique. Le marché de crédits carbone est basé sur plusieurs mécanismes qui tiennent aussi du mythe :

* La mise en place des Mécanismes de Développement propre (MDP, CDM en anglais) permet aux pays industrialisés et aux multinationales du Nord de continuer à émettre la même quantité de gaz à effet de serre, au même niveau, tout en atteignant leurs objectifs de réduction d’émissions par le financement de projets MDP dont la plupart sont situés dans les pays en développement du Sud.

* Le crédit compensatoire de carbone, basé sur un système de plafonnement et d’échange, signifie qu’une multinationale polluante peut acheter des crédits pour réduire, éviter ou séquestrer des émissions ailleurs au lieu de réduire ses émissions à la source.

* La séquestration du carbone permet de continuer à produire des émissions dans la mesure où la même quantité est capturée ailleurs. Le Groupe d’Experts intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) considère que la capture du carbone dans le sol offre de grandes possibilités d’atténuation du changement climatique par l’agriculture.

Selon Wikipedia, la séquestration est le processus qui enlève le carbone de l’atmosphère et le dépose dans un puits. C’est une technique de géo-ingénierie qui stocke à long terme le dioxyde de carbone.(1) La séquestration est problématique car les méthodes utilisées (biochar, préservation des forêts comme puits de carbone, etc.) dépendent d’un modèle d’utilisation continue de la terre dans une zone spécifique, par exemple, la terre où le biochar a été enfoui ne sera jamais cultivée ni construite. Ce procédé fournit aussi des excuses aux pollueurs qui peuvent continuer à polluer à la source, sous prétexte que leurs émissions sont séquestrées ailleurs.

* Le mécanisme REDD Réduction d’Emissions dues à la Déforestation et de la Dégradation des forêts, qui a été décrit comme “l’accaparement des terres en puissance le plus important de tous les temps”, place les forêts (et les terres agricoles, si l’on considère REDD+) directement au cœur du marché du carbone pour le bénéfice des multinationales polluantes, en leur donnant la possibilité d’acheter une réduction d’émissions de gaz à effet de serre tout en soi-disant préserver les forêts. Cependant, selon le Réseau indigène environnemental, REDD est plein “d’incitations perverses” qui poussent à convertir des forêts naturelles en monoculture de plantations d’arbres, ce qui, de fait, accentue la déforestation.

Jusqu’à présent, seul un faible pourcentage du financement des Mécanismes de Développement propre (MDP) a été alloué à des pratiques agricoles (non compris la production d’énergie à partir de biomasse de déchets), mais ce nombre augmente au fur et à mesure que de nouvelles technologies de séquestration et de compensation sont approuvées. Selon le site web du CCNUCC, l’agriculture ne représente que 2,58% des méthodologies approuvées alors que le boisement et le reboisement en représentent 9,28%. Ceci n’inclut pas les méthodes de production d’énergie par la biomasse et la biomasse de déchets. (2) L’agriculture représente 4,38% de tous les projets de MDP enregistrés, soit 128 projets ; alors que le boisement et le reboisement en représentent 0,58%, soit 17 projets. La plupart des méthodologies agricoles se concentrent sur la réduction des émissions dans les installations industrielles de production de viande plutôt que d’imposer des modes de production plus durables (à petite échelle par exemple) qui génèreraient moins d’émissions.

Agrocarburants :

La production d’agrocarburants n’est devenue une méthodologie approuvée par les Mécanismes de Développement propre (MDP) que récemment alors que la production d’énergie à partir de déchets de biomasse est approuvée depuis un certain temps. Par exemple, Cabrera Central Energética Açucar e Alcool Ltda, filière brésilienne d’Archer Daniels Midland et du groupe Cabrera, a un projet MDP qui produit de l’électricité à partir de déchets de bagasse venant de sa plante à éthanol. En octobre 2009, le comité de direction MDP a approuvé une méthodologie de production d’agro-diésel à partir de plantations sur des terres “dégradées ou en voie de dégradation” ; une définition si large qu’elle peut inclure la plupart des terres agricoles et de nombreux écosystèmes naturels. Pour la première fois, cette méthodologie permet à de grands producteurs d’agrocarburants tels qu’Archer Daniels Midland et Cargill de bénéficier directement de crédits carbone. Toute méthodologie MDP qui suppose une production énergétique à partir de cultures, que ce soit de résidus ou de production d’agrocarburants, va profiter aux multinationales de la biotechnologie. Celles-ci, avec leurs techniques d’ingénierie génétique sont en train de créer des micro-organismes et des enzymes dans le but de réduire l’énergie nécessaire à la décomposition de la biomasse en agrocarburants, d’augmenter la biomasse cellulosique à partir de récoltes et de résidus (tiges et feuilles de maïs, eucalyptus) et de modifier le taux de lignite par rapport à la cellulose dans la biomasse afin de faciliter la conversion en agrocarburants et en agroplastiques. Selon Syngenta, “l’agriculture peut réduire les gaz à effet de serre avec des cultures productrices d’agrocarburants, une alternative aux combustibles fossiles faible en carbone ”.

Tout projet MDP, permettant aux producteurs d’agrocarburants industriels d’obtenir des crédits carbone, que ce soit à partir de la biomasse des déchets ou par la production directe d’agrocarburants, représente une menace sérieuse pour les paysans, car cela encourage l’accaparement des terres et la spéculation des investisseurs étrangers, la dégradation des terres et de la biodiversité, la pollution des eaux par les produits chimiques, la production de monocultures et une augmentation des pouvoirs des multinationales sur le marché.

Des cultures modifiées génétiquement “climate-ready” :


Les multinationales de la biotechnologie font la promotion des cultures modifiées génétiquement pour résister à la sécheresse, à la chaleur, au froid, aux inondations et au sel, car elles ont déclaré ces cultures nécessaires à l’adaptation au changement climatique. Les avancées des cultures OGM climate-ready menacent les droits des paysans aux semences et à l’agrodiversité en utilisant les brevets et la pollution génétique. Selon le groupe ETC, sous couvert de développer des cultures “climate-ready”, les multinationales font pression sur les gouvernements pour légaliser ce qui pourrait devenir la mainmise la plus importante et la plus dangereuse sur les brevets dans l’histoire de la propriété intellectuelle. Le but des cultures n’est plus uniquement de nourrir l’humanité mais bien d’augmenter la biomasse pour la production d’agrocarburants, d’agroplastiques, etc.. A elles seules, 6 multinationales (DuPont, BASF, Monsanto, Syngenta, Bayer et Dow) contrôlent 77 % des 262 familles de brevets (à la fois les brevets déposés et les applications) qui ont été déposés entre juin 2008 et juin 2010 pour les cultures climate-ready. Trois sociétés – DuPont, BASF et Monsanto – en ont 66%. Le secteur public n’en a que 9%. DuPont seul en comptabilise 44% et Monsanto 4% .

Agriculture chimique sans labour :


Bien qu’elle ne soit pas encore approuvée, une autre méthodologie pour la séquestration du carbone est en cours : il s’agit de l’agriculture chimique sans labour (aussi appelée de “conservation” et “agriculture durable” par les multinationales). Elle part du principe que les émissions agricoles peuvent être réduites si la terre n’est pas labourée, ce qui équivaut à la capture du carbone. Monsanto s’est fait l’avocat de cette technique depuis 1998 afin de la faire approuver en tant que méthodologie MDP, elle est déjà reconnue par le Chicago Climate Exchange. Monsanto prétend que son produit Roundup Ready OGM aide à contrer les changements climatiques, les cultures pouvant se faire sans labourer, les mauvaises herbes étant généreusement aspergées de larges doses de l’herbicide Round up (glyphosate). Si les agriculteurs qui vont utiliser Roundup-Ready pour leurs cultures, peuvent avoir accès à des crédits compensatoires selon la technique de culture simplifiée ou sans labour, les ventes des semences Monsanto augmenteront ainsi que les ventes de produits chimiques, car les gouvernements vont encourager les grands exploitants agricoles à utiliser des semences Roundup Ready pour bénéficier de crédits carbone. En 2009, Monsanto a gagné le prix Angry Mermaid pour ses efforts de lobbying afin de faire approuver par la CCNUCC les plantations de soja cultivées selon une agriculture chimique, sans labour avec des produits Roundup Ready.

Si l’agriculture chimique sans labour est approuvée, les monocultures industrielles avec leurs semences OGM et leurs produits chimiques toxiques augmenteront, ce qui déplacera encore plus les populations rurales en concentrant la propriété des terres entre les mains des multinationales, en empoisonnant l’eau et les êtres humains avec leurs produits chimiques.

Lire la suite sur le site de la Vía Campesina

Source : la Vía Campesina, 08 Décembre 2010