Gilles-Eric Séralini défend l’esprit scientifique

Les organismes génétiquement modifiés font partie de ces nouvelles technologies suscitant la controverse scientifique quant à leurs possibles impacts pour la santé humaine et l’environnement. Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen, président du conseil scientifique du Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique (CRIIGEN) fait partie de ces chercheurs qui expriment les risques liés aux OGM. 

Attaqué et dénigré par ses pairs, en particulier de l’Association Française des Biotechnologies Végétales (parrainée par des chercheurs bien connus comme Claude Allègre et Axel Kahn, et présidée par Marc Fellous, professeur de génétique et ancien président de la Commission du Génie Biomoléculaire du Grenelle de l’Environnement), Gilles Eric Séralini a décidé de porter plainte en diffamation contre Marc Fellous. L’affaire sera jugée à Paris cet après-midi. Les associations appellent à le soutenir.

Pour Générations Futures (ex-MDRGF) ces attaques contre Gilles-Eric Séralini sont honteuses et indignes : "notre association soutient sans réserve l’action du Professeur GE Séralini. Le débat sur les OGM est un débat crucial qui doit être mené dans le respect de chacun, il ne peut se satisfaire de propos outranciers et sans nuance de certains scientistes vouant un culte aux OGM. La régression environnementale, que pourrait engendrer le développement anarchique des biotechnologies dans le domaine agro-alimentaire, doit être prise en compte à la hauteur des enjeux planétaires que le choix (ou non choix) de recourir à ces technologies implique".

Le Réseau Européen des Chercheurs pour la Responsabilité Sociale et Environnementale (Présidente : Angelika Hilbeck, vice-président : Christian Vélot) ont lancé une pétition en soutien du Pr. Gilles-Eric Seralini « pour le respect de la controverse scientifique et de l’expertise contradictoire ».

Pour la Fondation Science Citoyenne "la controverse entre chercheurs, organisée au sein de la communauté scientifique, est un des moteurs essentiels de la construction des savoirs...Comment prendre les bonnes décisions lorsque certaines voies de recherche sont systématiquement écartées, avant même d’avoir été sereinement explorées ?" Elle appelle à la mobilisation.

CAP21, le mouvement humaniste et écologique de Corinne lepage apporte aussi son plein et entier soutien à Gilles-Eric Séralini : "Nous renouvelons les propositions d’instaurer un véritable statut de protection des lanceurs d’alerte et de créer une Haute autorité de l’expertise en sécurité sanitaire et environnementale dont une des missions serait de renouveler les règles de l’expertise par l’élaboration d’un code de déontologie. Le débat contradictoire est indispensable dans le processus de l’expertise et la France doit se donner les moyens d’une politique ambitieuse tant dans l’intérêt de l’innovation que de celui de la protection de la santé humaine et de l’environnement."

Cap21 appelle ses adhérents à participer au rassemblement le mardi 23 novembre à 12h00 devant Place du Chatelet. Corinne Lepage témoignera à 13h30 lors du procès. Une réunion publique sur le thème « Expertise scientifique et décisions politiques » est organisée à patrir de 14 heures sur la Péniche Alternat, Quai de la Tournelle (Pont de l’Archevéché /Pont de la Tournelle).

Source : DDmagazine, 23 novembre 2010.