Le riz « doré » OGM ne brille pas pour son efficacité

Comment résoudre la déficience en vitamine A sans OGM

Le 9 novembre 2010 - Greenpeace lance aujourd’hui, dans le cadre du congrès international sur le riz qui se tient à Hanoï (Vietnam) un rapport qui prouve qu’on devrait plutôt réorienter le financement de la recherche sur le riz « doré » OGM vers des méthodes qui ont fait déjà leur preuve et en particulier celles qui vont dans le sens d’un système alimentaire durable, qui augmente la souveraineté alimentaire ainsi que la diversité agricole et qui renforce le rôle des femmes, les revenus des paysans tout en améliorant l’état de la nutrition des enfants et des femmes.

Rappelons que le riz « doré » OGM est en développement depuis environ 20 ans et n’a encore eu aucun impact sur la déficience en vitamine A. La recherche sur le riz « doré » OGM a détourné des fonds qui auraient pu être pour trouver de vraies solutions. De plus, ce riz OGM pose des problèmes de contamination environnementale comme les autres plantes OGM.

La déficience en vitamine A est un grave problème en santé dans les pays en développement. Depuis deux décennies des améliorations dans le traitement de la déficience en vitamine A a permis de l’éliminer dans des groupes spécifiques de populations dans de nombreux pays. Le nombre de pays qui ont atteint les cibles de suppléments de vitamine A a doublé entre 2003 et 2005. Ces améliorations ont réussi grace à 4 stratégies : supplément de vitamine A en capsule, l’ajout de vitamine et de minéraux aux aliments, supplément oral, et diversification du régime alimentaire.
Voir le rapport en anglais (PDF)« Golden rice’s lack of lustre ».

Source : Eric Darier, Greenpeace, 9 novembre