Après une période de croissance, Monsanto connaît des revers de fortune

Le « géant » de l’agriculture biotechnologique Monsanto a connu une succession de revers cette année, poussant les analystes à se demander si sa « série de victoires consécutives » dans la création de cultures génétiquement modifiées (GM) « de plus en plus onéreuses » touche à sa fin, indique cet article. Les actions de la compagnie, qui se sont régulièrement inscrites en hausse pendant plusieurs années pour culminer à environ 140 dollars l’action au milieu de l’année 2008, ont récemment clôturé à 47,77 dollars, ayant chuté de quelque 42 pour cent depuis le début de cette année. Selon l’article, le « dernier coup » est arrivé la semaine dernière, quand les premiers rendements des récoltes de l’année ont montré que le tout nouveau produit de Monsanto, le maïs « SmartStax », qui contient huit gènes insérés, produisait des rendements pas plus élevés que son maïs moins cher, qui ne contient que trois gènes étrangers. Monsanto a déjà été contraint à une forte réduction des prix du SmartStax et de ses dernières semences de soja, appelées « Roundup Ready 2 Yield », alors que les ventes tombaient en-deçà des prévisions. Outre ces difficultés, indique l’article, les ventes de Roundup, l’herbicide largement utilisé de Monsanto, ont chuté cette année sous les « assauts » de produits génériques à bas prix fabriqués en Chine. Les semences deviennent résistantes au Roundup, « assombrissant l’avenir de toute la franchise des cultures Roundup Ready ». De plus, le Département de la Justice des Etats-Unis mène une enquête sur Monsanto pour de possibles violations des lois antitrust. « Les agriculteurs nous ont clairement indiqué ce qu’ils pensent, et cela nous a permis d’apporter quelques ajustements », déclare Brett D. Begemann, vice président exécutif de Monsanto chargé des semences et des traits. Begemann renseigne que Monsanto avait l’habitude d’introduire de nouvelles semences à un prix qui accordait aux agriculteurs deux tiers et à la compagnie un tiers des bénéfices supplémentaires qui seraient générés par les rendements plus élevés ou la réduction des coûts de la lutte contre les ravageurs. Mais avec le maïs SmartStax et le soja Roundup Ready 2, la compagnie a voulu fixer le prix à 50-50. Cette décision s’est retournée contre elle, puisque les agriculteurs américains ont planté moins de ces deux cultures qu’elle ne l’espérait. En conséquence, Monsanto retourne à présent à l’ancien accord.

Source : Andrew Pollack, New York Times, le 4 octobre 2010