OGM : le gouvernement cède au lobby des semenciers, estime le PS

Le parti socialiste (PS) a dénoncé mercredi l’autorisation "en catimini"
par le gouvernement de la commercialisation d’un maïs OGM et ce, sous la
pression des semenciers, affirme le secrétaire national adjoint à
l’Environnement, le député du Gers Philippe Martin. La semaine dernière, le
PS avait déjà appelé le gouvernement à refuser le "diktat" de la Commission
européenne qui venait d’autoriser la commercialisation de six maïs OGM,
faute d’accord entre les Etats membres sur une position commune. "Le
gouvernement français emboîte le pas de (la Commission) et profite de l’été
pour donner satisfaction aux lobbies des semenciers", s’émeut M. Martin,
élu d’un département pionnier dans la lutte contre les OGM. "Hélas,
poursuit-il dans un communiqué, +Docteur Jekyll-Jean-Louis Borloo (ministre
de l’Environnement)+ est en train de perdre la partie face à +Mister
Hyde-Bruno Lemaire (ministre de l’Agriculture)+ dont la décision
d’autoriser la commercialisation d’un OGM interdit de culture en France
illustre le double langage qui prévaut désormais en matière
d’environnement". Pour le PS, la France "s’éloigne chaque jour un peu plus
des engagements pris, sur ce sujet, dans le cadre du Grenelle de
l’environnement". Le ministère de l’Agriculture a inscrit courant juillet
le maïs T25 au catalogue officiel des semences, en dépit de la suspension
des cultures génétiquement modifiées en France depuis 2008. Il a souligné
que l’autorisation visait la commercialisation mais pas la culture de cette
variété de maïs.

Source : Lemonde.fr, 4 août 2010