Toute vérité sur les OGM est bonne à dire

Gilles-Eric Séralini est professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen et co-directeur du Pôle pluridisciplinaire « Risques ». Spécialisé dans l’étude des effets des pesticides et OGM sur la santé, il est aussi président du conseil scientifique du Comité de recherche et d’information Indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN ). Avec ses collègues, il a mené des contre-expertises de données fournies par Monsanto pour justifier de la commercialisation de 3 de ses maïs OGM (MON 863, MON 810, NK 603). Leurs travaux remettent en question la capacité de ces données à démontrer formellement l’innocuité des trois maïs (suivi des rats trop court, puissance de l’analyse statistique insuffisante). Attaqué par la société Monsanto et des agences réglementaires ayant donné des avis en faveur de l’autorisation des OGM et des scientifiques appartenant ou ayant appartenu à ces agences, Gilles-Eric Séralini cite ses détracteurs en diffamation.

Plus de 300 scientifiques, chercheurs et médecins, provenant de 29 pays, soutiennent le Pr. Gilles-Eric Seralini, ses collaborateurs, le CRIIGEN (Comité de recherches et d’informations indépendantes sur le génie génétique) et ses travaux, pour une science indépendante et contradictoire.

Dans une pétition de soutien, la Fondation Sciences Citoyennes et le Réseau ENSSER (Réseau de Scientifiques Européens engagés pour une responsabilité Sociale et Environnementale) notent que "interrogeant le bien fondé des autorisations octroyées par la Commission Européenne sur avis de l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA) pour la consommation animale et humaine de ces trois maïs, il n’est pas étonnant qu’ils [les travaux de G.E Seralini, NDLR] aient suscité de vives réactions de Monsanto, de l’EFSA ou encore de l’Office de contrôle des aliments d’Australie et de Nouvelle Zélande".

La même pétition rappelle les allégations "totalement mensongères" à l’encontre du professeur Seralini*. Elle précise que tous ses travaux ont été publiés dans des revues internationales à comité de lecture et donc évalués par les pairs. Aucun n’a jamais fait l’objet d’une invalidation. Elle note encore que "suite à la participation de G.E Séralini au Magazine de la Santé diffusé le 21 janvier dernier sur France 5, l’AFBV [1] a adressé deux courriers (datés du 26 et du 28 janvier) aux responsables de la chaîne et de l’émission d’une part, et au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d’autre part, dans lesquels GE Séralini est présenté comme un « marchand de peurs » et un scientifique non reconnu."

Les recherches et expertises du Pr. Séralini sur la toxicité des OGM et de pesticides dont le Roundup ont un retentissement international notamment en Inde où elles ont aidé au moratoire sur l’aubergine OGM, au Canada, en Europe, aux Etats-Unis. Gilles-Eric Séralini est l’auteur de plusieurs ouvrages notamment "Après nous le déluge ?", avec Jean-Marie Pelt et "Ces OGM qui changent le monde".

Source : Yves Heuillard, DD magazine, le 10 mai 2010





[1l’Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) est parrainée par des chercheurs bien connus comme Claude Allègre et Axel Kahn, et présidée par Marc Fellous, professeur de génétique et ancien président de la Commission du Génie Biomoléculaire2. Elle a déclaré dans un communiqué de presse daté du 14 décembre 2009, que « les travaux de G.-E. Séralini ont toujours été invalidés par la communauté scientifique ». Le Professeur Seralini attaque en diffamation le Pr. Marc Fellous et l’Association Française des Biotechnologies Végétales.