Nouveau rapport : les OGM sont une fausse solution contre les changements climatiques

Montreuil, le 24 février 2010 – La dernière promesse de l’industrie des biotechnologies, c’est de participer à la lutte contre les changements climatiques grâce aux plantes GM. Le nouveau rapport des Amis de la Terre - International révèle que ces promesses sont à la fois exagérées, prématurées et probablement aussi vides que les précédentes. [1]

Le rapport « Qui Bénéficie des cultures OGM » étudie ces promesses et démontre qu’au contraire, les OGM pourraient en réalité augmenter les émissions de gaz à effet de serre, tout en échouant à nourrir le monde. En effet, les OGM sont responsables de l’explosion des volumes de pesticides utilisés aux États-Unis et en Amérique du Sud, et donc de la consommation de combustible fossile. La culture de soja GM pour alimenter l’élevage industriel contribue également à la déforestation en Amérique du Sud, ce qui a un impact dramatique sur le climat et les populations locales. [2]

Le rapport montre aussi qu’à l’échelle mondiale la culture des OGM reste limitée à moins de 3 % des terres agricoles. Par ailleurs, plus de 99 % des OGM sont cultivés pour l’alimentation du bétail et pour produire des agrocarburants pour les pays riches, pas pour nourrir les pauvres. Il n’y a toujours pas d’OGM commercialisé ayant un rendement accru, une tolérance à la sécheresse ou la salinité, des propriétés nutritionnelles améliorées ou d’autres caractéristiques longtemps promises par les entreprises de biotechnologie. [3]

Face aux impacts négatifs des cultures OGM, beaucoup de gouvernements ont été amenés à une certaine prudence. L’Inde a décidé d’un moratoire sur la plantation de sa première culture vivrière GM en raison des craintes d’impacts sanitaires, environnementaux et socio-économiques. En Europe la surface d’OGM cultivés a baissé pour la 5e année consécutive pour les mêmes raisons.

Les cultures OGM sont promues et financées massivement par certains gouvernements comme une solution aux changements climatiques. Elles pourraient même être financées à l’avenir par les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’ONU, au travers des mécanismes de développement propre (MDP).

Pour Christian Berdot, référent sur les OGM aux Amis de la Terre France : « Les OGM devaient combattre la faim dans le monde et faire baisser les volumes de pesticides utilisés. En réalité, le nombre de personnes qui souffrent de la faim est passé de 850 millions à plus d’un milliard ! Les volumes de pesticides utilisés sur les OGM explosent, comme les bénéfices des géants des biotechnologies ! S’ils sont aussi « efficaces » pour lutter contre les changements climatiques avec leurs nouveaux OGM, on risque une grave surchauffe climatique ! En fait, ce n’est qu’un nouveau slogan pour faire toujours plus d’argent. »

Pour Martin Drago des Amis de la Terre - International : « La réalité, c’est que les cultures OGM sont loin d’être un succès. Les petits paysans à travers le monde utilisent déjà des méthodes respectueuses de la planète pour s’alimenter. Ces méthodes doivent être soutenues plutôt que les cultures OGM qui sont environnementalement et socialement destructrices. » [4]

Source : Les Amis de la Terre France, le 24 février 2010





[1La sortie du rapport des Amis de la Terre - International coïncide avec la sortie annuelle du rapport « Global Status of Commercialized Biotech » de l’ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications), organisme de promotion des OGM comme pseudo solution à la pauvreté et la faim, sponsorisé par l’industrie.
Pour télécharger le rapport des Amis de la Terre International « Who Benefits from GM Crops 2010 » : http://www.foeeurope.org/GMOs/Who_Benefits/who_benefits_full_report_2010.pdf

[2Des données récentes du ministère de l’Agriculture des États-Unis ont montré que, comparé à l’utilisation de pesticides sans cultures OGM, les fermiers ont appliqué 318 millions de livres de pesticides en plus pendant les 13 dernières années suite à la culture d’OGM. Au Brésil, l’utilisation de pesticide a été multipliée par 5 entre 1995 et 2005. En 2008, aux Etats-Unis, les cultures OGM ont exigé plus de 26 % de pesticides en plus par hectare que les variétés conventionnelles. En Argentine, plus de deux cent mille hectares de forêt primaire disparaissent chaque année, principalement en raison de l’expansion des cultures de soja GM.

[399 % de l’agriculture biotechnologique consistent en quatre cultures avec juste deux caractéristiques (traits), tolérance aux herbicides et/ou plantes insecticides. La grande majorité des semences OGM en préparation sont également tolérantes aux herbicides ou sont des plantes insecticides.
Pour plus d’information, voir « Les Champs de la mort » http://www.feedingfactoryfarms.org/index.php?id=35

[4UNEP, 2008 Organic Agriculture and Food Security in Africa.
http://www.unctad.org/en/docs/ditcted200715_en.pdf
IAASTD, 2008 Agriculture at a Crossroads Key finding 7. See
http://www.agassessment.org/reports/IAASTD/EN/Agriculture%20at%20a%20Crossroads_Global%20Summary%20for%20Decision%20Makers%20(English).pdf