Raport inserm : Les pesticides responsables de l’augmentation des cancers.

La France est le 4ème utilisateur mondial de pesticides.

Des chercheurs de l’INSERM, l’Institut National de la santé et de la recherche médicale, associent l’apparition de cancers chez l’enfant à l’utilisation de pesticides, dans une expertise publiée le 3 octobre. L’INSERM n’est pourtant pas connu pour ses positions radicales contre les pesticides. Il lui arrive même, à l’occasion, d’accepter d’être financée par l’UIPP, l’Union des producteurs de pesticides. Alors quand l’institut fait un pas sur ce terrain chaud bouillant, c’est qu’on est en droit de s’inquiéter sérieusement.

L’institut est parti d’une hypothèse : Les modifications de l’environnement pourraient êtres partiellement responsables de l’augmentation de certains cancers. Chaque année, 1700 enfants de plussont touchés pas un cancer, 470 sont atteints d’une leucémie, 400 d’une tumeur cérébrale.

Après avoir croisé plusieurs études, et recueilli l’expertise de dizainesde chercheurs, l’INSERM considère que :« chez l’enfant, l’utilisation domestique de pesticides, notamment d’insecticides domestique, par la mère pendant la grossesse et pendant l’enfance a été associée aux leucémies et, à un moindre degré, aux tumeurs cérébrales ». Cela ne signifie pas que les pesticides sont la cause de la maladie, mais qu’à chaque fois qu’elle se manifeste, les pesticides ne sont pas loin.

Pis, il est quasiment impossible de protéger un enfant : « Les pesticides sont retrouvés dans tous les compartiments de l’environnement et peuvent donc conduire à une exposition de la population générale par les aliments, l’eau de boisson, l’air intérieur et extérieur et les poussières de la maison. »

« Les enfants souffrent d’un retard cérébral dans leur développement. » Philippe Grandjean, chercheur à Harvard

Jamais l’INSERM n’était allé aussi loin dans ses conclusions, pourtant, il est à la traîne. Voilà bien longtemps que d’autres études ont établi les mêmes liens entre le cancer chez l’enfant et la présence de pesticides dans son environnement. En novembre 2006, un chercheur américain du département de santé public d’Harvard, Philippe Grandjean, publie une étude dans la revue scientifique the Lancet, une référence. Il a analysé l’effet des pesticides sur des femmes enceintes et sur leurs foetus. Marianne2 lui a demandé ce qu’il a découvert : « Si la mère a été exposée aux pesticides durant la grossesse, les enfants souffrent d’un retard cérébral dans leur développement. Nous pensons que ces
effets sont sans doute permanents, ce qui signifie que ces enfants vont devoir vivre le reste de leur vie avec un développement cérébral inachevé. ».

Le professeur Granjean soulève un autre problème, et de taille, l’impossibilité pour un malade d’attaquer en justice un producteur de pesticide, faute de preuve : « Les cancers apparaissent des années après l’exposition. Il est rétrospectivement très difficile de produire la preuve de tous les pesticides auxquels l’enfant a été confronté. D’autant que les producteurs changent en permanence le nom des produits, le dosage des molécules, rendant impossible leur traçabilité ».

Dans son compte-rendu, l’Inserm conclut par un aveu d’impuissance : " La plupart des études souffrent d’une forte imprécision sur l’exposition aux pesticides, souvent réduite à la notion d’utilisation ou non de pesticides. »

Cette impuissance laisse donc encore un peu de répit aux producteurs de pesticides, une industrie en bonne santé, son chiffre d’affaires atteignant l’année dernière 1,721 milliards d’euros. Bien que la
vente de pesticides ait diminué « les fabricants ont de la ressource », remarque amèrement Stéphanie, fille d’agriculteur, atteinte d’un cancer des ganglions : « L’autre matin, en regardant mes boîtes de médicaments, je me suis rendu compte que l’industrie qui fabrique mon traitement est
la même qui vendait à mes parents les pesticides qu’ils utilisaient sur leur champ. » Dans le village de Stéphanie, en Seine et Marne, deux jeunes femmes du village, elles aussi filles d’agriculteurs, ont un cancer des ganglions. »

Source : Marianne 2, Les enfants malades des pesticides, le 6 octobre 2008